tl_files/images/plus-economique.png

 

L’autocar présente l’avantage de proposer des tarifs économiques et plus compétitifs par rapport aux autres modes de transport de voyageurs

L’autocar, le mode le plus économique pour les pouvoirs publics

Depuis 2008, les rapports publiés sur les modes de transports
s’accordent pour encourager le développement du transport
par autocar. Dans un contexte de rationalisation des dépenses
publiques, des acteurs publics mettent en avant l’avantage que
constituerait l’augmentation de l’offre en matière de transport par
autocar.
Les dépenses consacrées aux transports impactent fortement le
budget des collectivités territoriales. En 2010, les régions consacrent environ 20% de leur budget à la fonction Transport, soit plus de 3,7 milliards d'euros (hors Provence-Alpes-Côte-d'Azur).Dans un contexte de restrictions
budgétaires, l’opportunité économique que constitue l’autocar
doit être prise en compte par les décideurs publics.
Garant de la bonne gestion des deniers publics, la Cour des
Comptes note dans un rapport intitulé : “Le réseau ferroviaire, une
réforme inachevée, une stratégie incertaine” que “selon des études
internes de RFF, lorsqu’une ligne est parcourue par moins de 20
trains de voyageurs par jour avec le taux d’occupation moyen
du réseau régional, il est préférable de fermer cette liaison
ferroviaire et de la remplacer par un service
d’autocar ”.

Le rapport du Sénateur Hubert Haenel “Des régions à l’Europe :
les nouveaux défis du chemin de fer français” propose selon les situations, que l’autocar remplace le train“ ; avec un bilan économique et environnemental positif et l’avantage, dans certains cas comme en zone de montagne par exemple, de permettre une desserte des agglomérations à l’écart des voies ferrées.”
L’autocar, c’est aussi des lignes régulières
départementales et interdépartementales.
Exemple à l’appui :

 

Ligne Millau > Montpellier - 18,50 € A/R au 1er juin 2012
Distance : environ 120 km
                 6 A/R quotidiens
Durée du transport : 2h10
Marché public conventionné par le Département de l’Hérault
• En utilisant la voiture particulière comme moyen de transport, un individu dépense 29 euros (hors coût d'assurance et d'entretien du véhicule).
• L’aller-retour en autocar s’élève à 18,25 euros A/R au 1er juin 2012


La conjonction des travaux démontre que l’autocar est une solution d’avenir permettant aux pouvoirs publics de maximiser leurs dépenses en matière de transports. Cet objectif ne sera pleinement atteint que lorsque la question de l’intermodalité sera placée au
centre des réflexions sur le devenir des modes de transport. Dans cette optique, l’autocar, par sa qualité économique, écologique et sociale se place comme un des acteurs les plus pertinents des futures orientations en matière de transport de voyageurs.

L’autocar, plus économique que la voiture

 

La question des transports est une question sur laquelle
les citoyens sont extrêmement vigilants. Et pour cause,
la part du budget consacrée aux dépenses liées à leur voiture
particulière ne cesse d’augmenter. Que ce soit, le carburant,
L’entretien, la réparation ou toutes autres composantes
(assurances…), les prix augment et impactent le budget
des ménages. Entre 1990 et 2010, la part du budget des ménages consacrée à l'automobile a augmenté de 20%. Cette tendance se poursuit avec une augmentation de 4,9% entre 2010 et 2011.

L’autocar, plus économique que la voiture

 

Au regard du ratio coût-performance, l’autocar est
le moyen de transport le plus avantageux
économiquement parlant.


 

tl_files/images/Economique 4.jpeg

 

 

Téléchargez la fiche

Sur certains trajets, l’autocar s’avère plus compétitif
que la voiture particulière.
Exemple à l’appui :


Ligne routière interrégionale Marseille > Grenoble
70,20€ A/R au 1er juin 2012


Itinéraire : Express
Distance : 290 km
                1 A/R quotidien
Durée : 4h35
Voies express : 156.5 km (A7/A51/N296/A480)
Véhicules : autocars de type tourisme accessibles PMR,
climatisés avec installation vidéo.
Fréquentation en 2008 : 25 027 clients
Service conventionné sous forme de marché public
avec prime d’intéressement par la Région PACA, dont l’État lui a confié l’organisation au début des années 2000.
Un particulier ne bénéficiant d’aucune réduction déboursera 70,20 euros pour un aller-retour en autocar. A titre de comparaison, un voyageur utilisant son véhicule* personnel déboursera, pour le même trajet, 95,20 euros hors coût d’assurance et d’entretien.
Le tarif étant fixe, le voyageur a une meilleur visibilité sur le prix de son voyage puisque ce dernier n’est soumis à aucune variable (horaire, période de réservation…).

tl_files/images/plus-économique.png